Règlement sur la santé et la sécurité du travail ( RSST)

L’article 69.14, de la disposition sur la gestion sécuritaire de l’amiante, prévoit que l’employeur doit prendre les mesures requises pour contrôler l’émission de la poussière d’amiante avant d’entreprendre un travail sur des matériaux ou des produits, y compris sur des flocages et des calorifuges, contenant de l’amiante. L’employeur a, à cet égard, les mêmes obligations que celles que prévoit le Code de sécurité pour les travaux de construction (chapitre S-2.1, r. 4).

De plus, la concentration des fibres d’amiante dans l’air est strictement réglementée. En effet, La norme sanitaire ne permet pas à la concentration d’amiante de dépasser 0,1 fibre/cm3. Dans la réduction de l’exposition aux fibres d’amiante respirable, une norme beaucoup plus stricte de 0,01 fibre/cm3 est appliquée. Il s’agit d’une concentration cible qui doit être atteinte par nos spécialistes d’amiante après le retrait de l’amiante.

Vous résidez plusieurs années dans votre appartement ou votre maison. À chaque fois que vous rénovez ou restaurez votre logement, vous risquez de troubler accidentellement ou inconsciemment un ancien espace d’amiante. Une fois manipulée, l’amiante éclate avec des fibres de taille plus fines (diamètre inférieur au micron). Par conséquent, ces dernières dissipent et demeurent en suspension dans l’air pendant des jours et des semaines. Devant une telle situation, nos spécialistes en amiante sont là pour vous aider à tester et à évaluer la qualité de l’air intérieur que vous respirez.

Que proposons-nous?

Selon la méthode d’IRSST-243-1 de numération des fibres, nous procédons à l’échantillonnage des fibres d’amiante en suspension dans l’air, en aspirant un volume d’air mesuré à travers un filtre à membrane ECM de 25mm.

La stratégie d’échantillonnage dépend de la durée et du degré de risque d’exposition aux fibres d’amiante :

Durant les travaux

 En cours d’exécution des travaux, on prend quotidiennement dans:

  • Le vestiaire propre, où déposent les travailleurs leurs vêtements de la ville, un échantillon d’air pour vérifier, s’il y a lieu une pullulation des fibres d’amiante de la zone des travaux à haut risque au vestiaire propre et par conséquent éviter la contamination croisée.
  • Le secteur des travaux (zone confinée à haut risque), un échantillon d’air de la zone respirable du travailleur au moins une fois par quart de travail (CS. Art. 3.23.16.-4), en vue de vérifier l’efficacité de son appareil de protection respiratoire et par conséquent éviter que la concentration des fibres d’amiante ne dépasse pas la valeur limite d’exposition.

À la fin des travaux

À la fin des travaux de décontamination et avant le décloisonnement de la zone de travail, on procède à un test final d’amiante. Ce dernier permet de valider que les travaux ont été exécutés conformément avec les dispositions sécuritaires.

Test ambiant en absence des travaux

Afin d’écarter les soupçons d’existence d’amiante dans une résidence et pour considérer un endroit sain, nous effectuons aussi des tests d’air ambiant. Ce genre de test permet de maintenir les bâtiments en bon état de salubrité et les occupants en bonne santé.

Services complémentaires conformément au règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST)

  • Rédaction de devis technique de décontamination,
  • Supervision de chantier de travaux de désamiantage,
  • Contrôle de la qualité de l’air en cours et en fin des travaux.