Illustration fibres d'amiante © Wikicommons / Courtesy U.S. Geological Survey

GROUPE DE TRAVAIL. Si la nocivité de l’amiante par inhalation ne fait plus de doute, reste la question de savoir si ce matériau est nuisible lorsqu'il est ingéré via la consommation d'eau. L'Agence nationale de sécurité sanitaire va lancer un groupe e travail sur cette question.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient de lancer un appel à candidature pour former un groupe de travail réunissant plusieurs experts. Son objectif sera d'étudier la question de la nocivité - ou non - de l'ingestion d’amiante via l'eau potable. De nombreuses canalisations d'eau potable sont en effet réalisées en amiante-ciment. Fin 2017, l'Anses avait signalé que deux études apportaient des éléments sur un lien possible entre ingestiond’amiante et cancers du système digestif.

Des "preuves supplémentaires" apportées

"Les études les plus récentes apportent des preuves supplémentaires de l'existence d'une relation entre exposition professionnelle à l'amiante et la survenue de cancers digestifs, particulièrement s'agissant du cancer colorectal avec des cohortes de grande taille, et la mise en évidence d'une relation dose-réponse", affirmait notamment l'Agence.

Des travaux qui ont conduit l'Anses à recommander de conduire une revue systématique de la littérature portant sur toutes les études portant sur le sujet. Pour cela, un groupe de travail sera donc mis sur pied, baptisé "Caractérisation du danger lié à l'ingestion d'amiante", et devrait rendre ses travaux mi-2019. "Le GT se réunira en séance plénière avec une fréquence moyenne d'une réunion toutes les 4 à 6 semaines environ", explique l'Anses. "Il est notamment attendu de la part de chaque expert de contribuer aux travaux d'expertise collective ainsi qu'à la rédaction du rapport associé."

Source : Batiactu Groupe France